Poésie(s) : un début

samedi 25 mars 2006

« Late summer »
Borealis flood, and all of night, unleashed
at the eye’s diluvian hour. Our bone-
broken will, countering the flow
of stones within our blood : vertigo
fromo the helium heights
of language.

Tomorrow : a mountain road
lined with gorse. Sunlight
in the fissures of rock. Lessness.
As if we could hold a single breath
to the limit breath.

Ther is no promises land.

Paul Auster, Wall writing

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :