Vérité

jeudi 30 mars 2006

« Dans nos ténèbres, il n’y a pas une place pour la Beauté. Toute la place est pour la Beauté. »

Fragment 237, Feuillets d’Hypnos, René Char

Brancusi, Mademoiselle Pogany III
Publicités

Du vertige avant toute chose

jeudi 30 mars 2006

Van Gogh, La Nuit étoilée, détail

Fragment 212

 » Enfonce-toi dans l’inconnu qui creuse. Oblige-toi à tournoyer. »

René Char, Feuillets d’Hypnos


Définition incisive d’une poétique du vertige, qui seule permet une prise de conscience de la mutabilité des choses, de l’irréversible du monde et du labyrinthe de l’existence …


Fragment 178

 » La reproduction en couleur du Prisonnier de Georges de La Tour que j’ai piquée sur le mur de chaux de la pièce où je travaille, semble, avec le temps, réfléchir son sens dans notre condition. Elle serre le coeur mais combien désaltère ! Depuis deux ans, pas un réfractaire qui n’ait, passant la porte, brûlé ses yeux aux preuves de cette chandelle. La femme explique, l’emmuré écoute. Les mots qui tombent de cette terrrestre silhouette d’ange rouge dont des mots essentiels, des mots qui portent immédiatement secours. Au fond du cachot, les minutes de suif de la clarté tirent et diluent les traits de l’homme assis. Sa maigreur d’ortie sèche, je ne vois pas un souvenir pour la faire frissonner. L’écuelle est une ruine. Mais la robe gonflée emplit soudain tout le cachot. Le Verbe de la femme donne naissance à l’inespéré mieux que n’importe quelle aurore.
Reconnaissance à Georges de La Tour qui maîtrisa les ténèbres hitlériennes avec un dialogue d’êtres humains. »

René Char, Feuillets d’Hypnos.

Très beau poème de René Char qui cristallise en une forme dense et brève les fondements d’une poétique de l’éclat, du fragment. La poésie se transforme en un geste, geste d’une femme éclairant un homme dans sa souffrance, geste d’un poète invitant les hommes à le suivre sur le chemin de la liberté.
Poésie de la résistance, résistance des mots, esthétique de la retenue qui décrit dans une merveilleuse tension l’indicible à l’oeuvre dans chacune de nos actions.

A écouter avec

lundi 27 mars 2006

Bees and butterflies, Girls in Hawaii, From Here to There.

Poésie(s) : un début

samedi 25 mars 2006

« Late summer »
Borealis flood, and all of night, unleashed
at the eye’s diluvian hour. Our bone-
broken will, countering the flow
of stones within our blood : vertigo
fromo the helium heights
of language.

Tomorrow : a mountain road
lined with gorse. Sunlight
in the fissures of rock. Lessness.
As if we could hold a single breath
to the limit breath.

Ther is no promises land.

Paul Auster, Wall writing